Au poète de la Teranga

Notre clé pour la liberté fut l’amour des mots. Tôt, sans tout comprendre, nous nous sommes jetés dans cette conquête de notre intérieur armés de nos plumes. La première certitude de mon existence fut celle du plaisir vital d’écrire. La seconde certitude fut le plaisir ardant de l’écriture à quatre mains avec toi, poète de la Teranga. Ami, vite devenu mon alter ego de la création. À la réception de la terrible nouvelle, mon monde s’est écroulé avec fracas.  

Mes tentatives de rester concentré sur mes projets furent vaines. Tout mon être était drapé dans une mélancolie dont je ne parvenais pas me défaire. Choisir le déni de la peine n’était pas concevable. Cette affliction, il me fallait la regarder en face, la ressentir pleinement, puis la capturer. Notre imagination a le pouvoir de transformer nos calvaires en créations artistiques hautes en couleurs. C’est la leçon la plus sublime de nos itinéraires de poètes. Un trésor dont personne ne peut nous ôter. Pour autant, nous ne pouvons pas prendre cette richesse intrinsèque pour acquise. Nous nous devons d’arroser et de fertiliser constamment nos plantations internes de concepts. C’est avec un enracinement profond que les tempêtes les plus violentes peuvent être traversées, en préservant une future floraison éclatante. Nos chemins nous ont aussi appris que la fidélité à soi-même, rime parfois avec la solitude. La conformité aux moules de la foule est une voie facile, aux risques de précipices. Se retirer, être seul n’est pas à craindre. C’est un impératif de l’apprentissage à cultiver la meilleure version de soi-même.

Les fruits de cette culture ne sont pas à garder pour soi. Ils se partagent. Par ta plume et ta générosité, tu me l’inspires. Sans la nommer, tu m’as abreuvé de la Teranga sénégalaise depuis l’adolescence. Tu portes en toi une authentique hospitalité du cœur, fidèle à cet art de vivre qu’est la Teranga. De nos textes à tes textes, en passant par tes interactions avec ton environnement, ta capacité inhérente d’empathie t’accompagne. Elle nourrit ta pertinence lyrique, d’unique poète de la Teranga. Nos plumes sont des vaisseaux somptueux pour nos âmes. Pour notre liberté, nos plumes sont les plus belles armes.

La liberté à l’horizon

Une réponse sur « Au poète de la Teranga »

  1. Ping: La liberté à l’horizon – Mon journal des émotions capturées

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s